There is absolutely no individual system for thesis producing. It is necessary at an early phase to check out a few examples with your subject just to obtain a ‘feel’ for what they may be like. An effective way to achieve this is usually to go to the school collection and check out a few examples from past learners. For anybody who is not now at institution you may nonetheless set up write my thesis in the decisions you will need to acquire is the way your very own thesis/dissertation should be organized. The precise volume of chapters will be to be able to choose. You will need one particular or various data discussion and research chapters, specifically in a doctorate thesis. The chapters tend not to all must be exactly the same length. It is quite difficult to give rules on the way extended each segment must be, for the reason that it will likely be one of a kind for every single thesis or dissertation. You need to begin producing whenever you can. There are a number of causes of this. The obvious a single is the fact that composing will take a long time as well as earlier you receive commenced the more effective. Having said that, there are a number of other elements of writing that happen to be crucial.

Le colloque


L’Émir Abd el-Kader et l’Occident: Leçons d’un Dialogue des Civilisations d’Hier pour Aujourd’hui

La vie de l’Émir Abd el-Kader (1808-1883) fut d’une richesse exceptionnelle. Dès la vingtaine, il s’est retrouvé en charge de la résistance au début de la colonisation française en Algérie. Durant son emprisonnement en France (Toulon, Pau, Amboise), il initia des dialogues à la fois interculturels, interreligieux, et inter-civilisationnel d’une très grande profondeur. Son exil se poursuit ensuite à Brousse, au sud d’Istanbul, puis à Damas où il vécut les der-nières années de sa vie.
L’Émir fut à l’origine de la renaissance arabo-musulmane, ainsi que d’un dialogue islamo -occident à l’avant-garde de son temps. De plus, il a marqué le renouveau de la pensée mys¬tique du Cheikh el-Akbar, Ibn Arabi (1165-1240), qui continue d’influencer les développements contemporains en matière d’études mystiques modernes. Ce colloque universitaire veut approfondir les connaissances que nous avons de la figure complexe de l’Émir Abd el-Kader, mais aussi de l’impact que son héritage peut continuer d’avoir aujourd’hui dans les dyna¬miques inter-civilisationnelles au Québec et au-delà.

DATE

  • Vendredi 11 novembre 2011 de 18h à 20h
  • Samedi 12 novembre 2011 de 10h à 18h

LIEU
Centre D’Archives de Montréal Édifice Gilles-Hocquart 535, Avenue Viger Est

Programme :

Conférence d’ouverture, vendredi 11 novembre 2011 de 18h à 20h

L’Émir Abd el-Kader et l’Occident : leçons d’un dialogue des civilisations d’hier pour aujourd’hui


Ahmed Bouyerdène : Mise en contexte et survol historique de la vie de l’Émir Abd el-Kader.
Cheikh Khaled Bentounes : L’histoire est là pour nous le rappeler. Il y a des figures qui incarnent par leur densité, leur humanisme et leur grandeur d’âme, l’originalité et la subtilité de l’essence d’une civilisation. Comprendre l’islam, c’est ainsi dé¬couvrir la vie, la pensée et les actions de ceux qui ont représenté son message sur le plan le plus universel. In¬contestablement l’Émir Abd el Kader était un de ceux là. Grâce aux vertus de la foi humaniste et spirituelle dont il était pétri et face à ce destin hors du commun, il est devenu l’homme accompli « al-insan al-kamil ». Son action fondée sur l’amour et non la haine tendait toujours vers l’espoir et la justice. L’Émir portait sa lutte vers un idéal ou orient et occident se rencontraient, communiquaient et échangeaient. Dans sa « lettre aux français » (1855), l’Émir nous dit : « sachez que l’homme intelligent doit considérer la pa¬role et non la personne qui l’a dite. Car si cette parole est une vérité, il doit l’accueillir de celui qui l’a dite fût il réputé grave ou frivole. L’or s’extrait du sable, le narcisse de l’oignon, la thériaque des serpents et la rose des épines. »La connaissance de la vie de l’Émir, la méditation de son œuvre, le témoignage de ses contemporains nous ramènent à l’actualité brûlante « comment édifier la société du vivre ensemble ?».

Patrice Brodeur : Leçons d’un dialogue des civilisations d’hier pour aujourd’hui. Séance de questions et d’échanges avec l’auditoire.

Brèves présentations des conférenciers

Ahmed Bouyerdène
Né en 1967. Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique (DNSEP, 1994). Docteur de l’Université de Strasbourg en Etudes Méditerranéennes et Orientales (2010). Co-directeur avec Eric Geoffroy de l’ouvrage collectif, Abd el-Kader, un spirituel dans la modernité, Edition électronique des Actes des colloques de Damas et de Strasbourg, IFPO, 2010. (Editions papier chez Al-Bouraq, 2010). Auteur de Abd el-Kader, l’harmonie des contraires, Paris, le Seuil, 2008 et Abd el-Kader par ses contemporains, Fragments d’un portrait, Paris, Ibis Press, 2008.
Cheikh Khaled Bentounes
Né à Mostaganem (Algérie), siège de la Tariqa Alâwiyya, héritière de la lignée Shâdhiliyya-Darqawiyya, dont le fondateur éponyme, le cheikh Ahmed ben Mustapha al-Alâwi, est reconnu comme l’un des plus grands saints du XXème siècle. Est formé dans la zawiya, siège de la confrérie dirigée par son propre père. Poursuit son instruction en Europe. Devient le 46ème Maître de la confrérie soufie Alâwiyya en 1975. Parcourt depuis le monde pour transmettre l’enseignement traditionnel soufi et par¬tager un idéal d’humanité, fondé sur la fraternité, l’espérance et la paix. Auteur de nombreux ouvrages dont Soufisme, cœur de l’islam (pocket) ou L’homme intérieur à la lumière du Coran (Albin Michel).
Patrice Brodeur
Né à Montréal, Patrice Brodeur débute ses études universitaires par l’obtention d’un B.A. en religions comparées et un M.A. en études islamiques à l’Université McGill. Il poursuit ensuite son parcours à l’Université Harvard en obtenant un M.A. en histoire des religions puis un Ph.D. en sciences des religions avec focus sur l’islam et le judaïsme (1999). Titulaire de la Chaire de recherche du Canada Islam, Pluralisme et Globalisation, il est professeur agrégé à la Faculté de théologie et de sciences des religions de l’Univer¬sité de Montréal depuis 2006. Ses champs d’expertises et d’enseignement principaux sont les études islamiques, les questions de théories et de méthodologies en sciences des religions, la gestion et la résolution des conflits, ainsi que les dialogues interculturel, interreligieux et intervisionnel.

Samedi 11 novembre 2011

 

Première Séance (10h-11h30)

  • Abd el-Kader’s Life as an Expression of Virtue and Christian Behavior (John Kiser)
    Virtue in the medieval Christian writings is the same as defined in the emir’s tradition, originating with Abd el -Qadir al-Jilani. The four pillars of doing right, as opposed to knowing right, are Intellect, Moral Courage, Jus-tice and Self Control. These same terms in the Catholic tradition were known Prudence, Courage, Equity and Temperance (aka cardinal virtues). Each of these qualities will be discussed in the context of the Emir’s con-duct throughout his life during war, imprisonment and exile. Their relevance for today will be discussed and related to his extraordinarily versatile and demanding upbringing and education.

John Kiser
Former businessman turned writer and gentleman pig farmer and lives in Virginia. He is the author of The Monks of Tibhirine: Faith, Love and Terror in Algeria( St Martins Press) which won the French Siloe Prize in 2006 and was the basis for the award winning French film Of Men and Gods; Commander of the Faithful: Life and Times of Emir Abdelkader ( Monkfish Books) and other works ( see johnwkiser.com). He has degrees from the University of North Carolina (BA history), Columbia( MA History) and the Univer¬sity of Chicago ( MBA). He is an honorary member of the Russian Academy of Sciences, Urals Branch.

 

  • L’Eternel féminin, selon l’émir Abd el-Kader (Eric Geoffroy)
    C’est en tant qu’être « muhammadien » et disciple du soufi Ibn ‘Arabî (m. 1240) que l’émir Abd el-Kader ac-corde un rang et un amour tout particuliers à la « femme ». Il ne s’agit pas d’une reconnaissance quelque peu condescendante, mais du constat de la complétude de la femme, avant tout sur un plan métaphysique et cos-mique. La femme accomplie détient même, à ses yeux, la précellence sur l’homme… A partir de passages coraniques, Abd el-Kader évoque la force propre à la femme. Il développe également la doctrine/expérience d’Ibn ‘Arabî selon laquelle la femme est le support de contemplation le plus achevé de la théophanie divine (tajallî) en ce monde. En définitive, Abd el-Kader nous amène à comprendre que l’être réa¬lisé sur le plan spirituel conjoint en lui/en elle les deux polarités masculine et féminine.

Eric Geoffroy
Islamologue arabisant à l’Université de Strasbourg, il enseigne également dans des institutions telles que l’Université Ouverte de Barcelone et l’Université Catholique de Louvain. Spécialiste du Soufisme et de la sainteté en islam, il travaille aussi sur les enjeux de la spiritualité dans le monde contemporain. Il a rédigé une vingtaine d’articles dans l’Encyclopédie de l’Islam 2 et 3, et est l’auteur de sept ouvrages scientifiques, dont Initiation au soufisme, Fayard, Paris, 2003 (en poche au Seuil sous le titre : Le soufisme, voie intérieure de l’islam, 2009), et L’islam sera spiri¬tuel ou ne sera plus, Seuil, Paris, 2009. Il dirige aussi des volumes collectifs ; parmi les plus récents : Abd el-Kader – Un spirituel dans la modernité (Albouraq, 2010) et Les enjeux de la spiritualité en contexte de postmodernité (revue Horizons Maghrébins n°65, 2011). Plusieurs de ses ouvrages sont traduits en différentes langues.

  • L’Émir Abd el-Kader (1808-1883) : l’homme mystique (Karim Ben Driss)
    Homme politique fondateur de l’État algérien moderne, fin stratège militaire symbole de la résistance au colo-nialisme français, écrivain, poète, philosophe, théologien, l’Émir Abd el-Kader a laissé des marques uniques dans l’histoire des relations entre l’Europe et le monde arabo-musulman. Apôtre de la fraternité entre toutes les religions, il se gagna une reconnaissance sans bornes auprès des chefs d’État européens lorsque, établi à Damas après 5 ans de captivité en France, il se dressa, au péril de sa vie, contre des musulmans venus massa-crer la population du quartier chrétien. La France le décora de la Grand-croix de la Légion d’honneur et le Pape Pie IX le fit titulaire de l’Ordre de Pie IX. Pour qui cherche à comprendre l’homme à partir de l’exté¬rieur, à travers ses œuvres, l’Émir Abd el-Kader risque d’être un mystère. Nous essaierons, dans cette confé¬rence, selon une approche compréhensive, de questionner plutôt l’univers de sens qui a permis à l’Émir abd el-Kader de poser des actes, de prendre position et de faire de lui un être exceptionnel. Il s’agira donc, de com¬prendre l’homme à travers sa dimension mystique, cette dimension qui l’a amené à se transformer, se réaliser spirituellement et devenir celui qui fut un témoin convaincu de l’unité fondamentale de tous les êtres humains. Cette conférence, à la lumière des écrits de l’Émir Abd el-Kader, sera l’occasion de « converser », au sens ou Geertz l’entend (1973-1992), avec cet homme toujours vivant parmi nous.

Karim Ben Driss
Directeur du département aux étudiants autochtones de l’Institut culturel Avataq, Dr Karim Ben Driss, sociologue, est aussi spécia¬liste du monde arabe et du soufisme. Il enseigne actuellement à la faculté de théologie de l’Université de Montréal. Il est aussi cher¬cheur associé au sein de la Chaire de recherche du Canada Islam, Pluralisme et Globalisation de cette même université. Son parcours personnel au service du dialogue entre traditions et cultures d’horizons différentes l’ont naturellement porté à participer à la construction de ponts au sein de la diversité culturelle. Sa réflexion est guidée, avant tout, par la quête de relations fondées sur la reconnaissance mutuelle, la paix et le respect entre les communautés humaines. Cette quête est la raison d’être de CoVivance, orga¬nisation dont il est le fondateur, qui constitue un espace de rencontre entre traditions, confessions et cultures différentes.

Deuxième Séance (13h-14h30)

  • L’Émir Abd el-Kader et Cheikh el-Hadj Omar : la résistance soufie en Afrique au Nord et au Sud du Sahara (Aoua Bocar LY-Tall)
    Dans la quête planétaire des stratégies visant à éviter le choc des cultures et la guerre des religions, nous avons choisi de jeter un regard croisé sur l’oeuvre de deux grands Leaders de l’Afrique musulmane sous le titre : l’Émir Abd El Kader et Cheikh El Hadj Omar : la résistance soufie en Afrique au Nord et au Sud du Sahara. Enfants précoces voire des génies, Abd El Kader et Cheikh Omar savaient réciter tout le Saint Coran à l’âge de 12 ans. L’un venant de l’Afrique au Nord du Sahara (Algérie) et l’autre du Sud du Sahara (Sénégal/ Mauritanie), ils se sont croisés en Syrie sans se voir. Le premier y était exilé et le second y fut un séjour et y guérit le fils du roi né malade mental. Ce fut à la suite de leur pèlerinage à la Mecque que l’un et l’autre eut la révélation d’être le guide spirituel de leurs peuples. A leur retour, ils se mirent au service de leur patrie et su¬rent établir des ponts entre l’Orient et l’Occident pour l’un et entre les pays de l’Afrique Sahélienne et le Moyen Orient pour l’autre. Ils furent ainsi d’illustres résistants à la conquête coloniale et des vecteurs de l’unité afri¬caine. Leur tactique fut de mobiliser leurs peuples autour de l’islam soufi, mais aussi de dialoguer avec l’enva¬hisseur et l’instruire des valeurs islamiques de tolérance et préservation de la dignité de tout un chacun. L’ap¬port singulier de ces Leaders soufis africains à la théologie de la libération méritent d’être connus, car, il peut être une source d’inspiration pour les acteur-e-s de la paix et du mieux vivre ensemble en harmonie tant au ni¬veau local, global, national et qu’international. C’est là le but de cette conférence.

Aoua Bocar Ly-Tall
Sociologue et chercheure associée à l’Institut des Études des Femmes de l’Université d’Ottawa au Canada, Dre Aoua LY-Tall est Expert en Genre, Environnement et Diversité (culturelle, « raciale », religieuse et de visions). Elle est également membre du Col¬lectif de recherche de la Chaire de recherche du Canada Islam, Pluralisme et Globalisation (CRC-IPG). Membre du Groupe de voyage de dialogue pour la paix en Palestine/Jérusalem en juin 2006, Dre LY-Tall œuvre depuis une quinzaine d’années pour la compréhension interculturelle et interreligieuse en vue de la paix au Québec/Canada et dans le monde. Petite fille de Cheikh Omar TALL, elle se préoccupe de la dimension « Femmes, Islam et Paix ».

  • L’Émir Abd el-Kader et les « évènements de Damas » en 1860 : Entre histoire, littérature et témoignage(Sylvain Cornac)
    Lors de son exil à en Syrie ottomane, l’Émir Abd el-Kader s’est trouvé au centre de violentes émeutes confes-sionnelles que l’historiographie a retenu sous le terme des « évènements de Damas », survenus en 1860. La participation active qu’il prit avec ses hommes pour venir en aide aux chrétiens victimes des violences lui valut une reconnaissance internationale et notamment des pays occidentaux envers lui. L’histoire de cet événement retentissant n’a pas échappé à une « mise en récit » d’auteurs d’horizons multiples, basée sur des témoignages qui méritent réflexions concernant la description et de l’interprétation des actes de l’émir. La comparaison avec le sens qu’il donne de sa propre expérience dans les versions des faits qu’ils évoquent à ce sujet avec des interlocuteurs variés est une piste à explorer pour saisir le caractère à la fois cohérent et pluriel de son interven-tion. La participation de l’Émir Abd el-Kader à ces évènements nous invite à une nouvelle lecture afin de mieux percevoir les nuances interprétatives entre histoire, littérature et témoignages d’un geste héroïque dont on se souvient encore aujourd’hui.

Sylvain Cornac
Sylvain Cornac poursuit actuellement ses études doctorales en histoire à l’Université du Québec à Montréal. Son mémoire de maîtrise portait sur « La population d’Antioche face à l’occupation égyptienne (1832-1840) : une collaboration de circonstances », dans lequel il a analysé, à travers des documents d’archives inédits en turc ottoman, la façon dont une ville provinciale moyenne s’est accommo¬dée de l’occupation égyptienne au début du XIXe siècle. Son projet de doctorat repose sur l’analyse de l’exil et du séjour du leader de la résistance algérienne, l’émir Abdelkader, et d’autres « Maghrébins » en Syrie au XIXe siècle, et plus particulièrement l’influence que ce dernier a eu sur le développement du soufisme dans un contexte de renouveau islamique et de lutte anticoloniale ottomane. Il effectuera des recherches dans les archives ottomanesd’Istanbul, aux archives du Ministère des Affaires Étrangères à Nantes et dans les archives privées de la famille Poche à Alep.

  • L’Émir Abd el-Kader et la franc-maçonnerie française : de l’engagement au renoncement(Mouloud Kébache)
    Cette présentation s’articulera autour d’une approche historiographique, portant sur la relation entre l’Émir Ab-delkader et le Grand Orient de France, et ce dans le but de comprendre les thèses portant sur son rattachement et sur son renoncement controversés à cette société maçonnique.

Mouloud Kébache
Né en 1956 en Algérie, Mouloud Kébache est doctorant en sciences des religions à l’Université de Montréal: le titre de son projet de thèse est Le concept du pouvoir chez les Ibadites. Il est aussi conseiller aux relations internationales de la CRC-IPG.

Troisième Séance (14h45-15h45)

  • L’Émir Abd el-Kader et Charles Eynard : un exemple de dialogue religieux entre un Musulman et un Protestant au milieu du XIXème siècle (Ahmed Bouyerdène)
    Parmi les personnalités qu’Abd El-Kader (m.1883) rencontre au cours de sa captivité en France (1848-1852) figure le Genevois protestant Charles Eynard (m. 1876). Au cours du mois de mai 1848 va être initié entre les deux hommes une relation que le Protestant qualifie de « toute religieuse ». Abd el-Kader quant à lui a été jusqu’à designer Charles Eynard par l’expression arabe de Connaissant en Dieu (‘Arif bi-Allah). Un échange profond s’engage au cours duquel de nombreux sujets, aussi curieux qu’inédits, sont abordés. C’est ce dialogue inter-religieux avant la lettre et qui fait date dans les annales islamo-protestantes que nous nous proposons d’étudier.
  • Convergences spirituelles : une conscience chrétienne devant la méditation de l’Emir sur Dieu et sur l’homme (Mgr Henri Teissier)
    Le Kitâb el Mawâqif, le grande oeuvre mystique de l’Emir Abdelkder, est maintenant largement accessible, en langue française, après les traductions partielles ou intégrales de Chodkiewicz, Lagarde, Penot, Hikmet Sari-‘Ali, etc… Il est donc utile d’attirer l’attention du public non musulman, et particulièrement du public chrétien, sur les convergences spirituelles qui peuvent s’établir quand un chrétien lit les méditations de l’Emir. Il y a d’abord la place que tient la lecture même de l‘Ecriture, chacun dans sa tradition, comme support de la médita-tion. Les Mawâqif de l’Emir prennent toutes un verset du Coran comme point de départ, tout comme le chré-tien s’appuie sur la Bible dans sa recherche de Dieu. On propose ensuite de découvrir quelques unes de ces convergences spirituelles qui se présentent au chrétien qui lit les méditations de l’Emir : l’approche du Mys-tère de Dieu, la découverte de la dignité de la vocation humaine, l’attente du pardon universel, la possibilité ou non, pour le croyant, de vivre de l’amour de Dieu

Mgr Henri Teissier, ancien archevêque d’Alger de 1981 à 2008 vit en Algérie depuis 1946, et habite aujourd’hui à Tlemcen (Algérie). Il a fait ses études littéraires à Rabat, philosophiques à la Sorbonne, théologique à l’Institut catholique de Paris. Il a obtenu le diplôme d’arabe littéraire de ‘l’école nationale des langues vivantes de Paris, et a passé deux années à l’Université du Caire et à l’Institut do¬minicain d’études orientales au Caire. Il a fondé le Centre d’Études Diocésain d’Alger pour le dialogue en 1966 en réponse à l’appel du Cardinal Duval et participé à de nombreuses rencontres islamo-chrétiennes (Alger, Cordoue, Mombasa, Colombo, Paris, Rome, Milan, Madrid, Barcelone, Berlin, Bruxelles, Tlemcen etc…) Il a écrit plusieurs livres sur le dialogue dont le premier en 1984 « Église en Islam » et le dernier en 2002 « Chrétiens en Algérie , un partage d’espérance « . Il a reçu le doctorat honoris causa de l’Institut catholique de Paris.

Conférence de clôture (16h-18h)

Dimensions modernes et répercussions pour nos sociétés pluralistes d’aujourd’hui
avec Cheikh Khaled Bentounes, Ahmed Bouyerdène et Patrice Brodeur
Retour en profondeur sur les différentes interventions des conférenciers et du public ainsi que sur les pistes de réflexions et de travail qui en ressortent. La synthèse portera sur les apports de l’héritage d’un tel personnage pour un meilleur vivre-ensemble dans nos sociétés pluralistes contemporaines, exemple le Québec, le Canada, la France, etc.